samedi 26 septembre 2009

Les nouveaux temples de la consommation...




Je suis outrée! Hier a été ma première visite en ville depuis plus de 2 mois, j'allais enfin me retrouver pour une petite heure dans le tourbillon de la vie (enfin...), même si ce n'était pas -vraiment - pour moi. Ben voui, me fallait un soutien gorge d'allaitement (le tue l'amour ultime, avec les coussinets d'allaitement qui dépassent).

Bref, là n'est pas mon propos.
Je vais me garer au P4 comme à mon habitude et que vois-je? Toute une allée du parking a été peinte en rose et noir, il y a un guichet à l'entrée qui indique "Parking VIP". Je manque avaler mon appareil dentaire... Je vois deux voituriers au loin (ils n'ont pas l'air débordés), et deux trois voitures de luxe garées, et là je me dis "Ils ont craqué". Ils ont piqué le concept du Valet parking des Etats-Unis et pour contrer la concurrence d'Odysseum, le nouveau centre commercial qui a ouvert cette semaine, et se sont mis à chercher un nouveau concept marketing pour se différencier de ce nouveau temple de la consommation.


(MODE IRONIE: ON) Et bien moi je dis "Bravo" (MODE IRONIE: OFF). Après la décision de condamner la moitié de la route à la plage du Grand Travers afin de "sauver les dunes" (sauver les dunes mes fesses, c'est pour faire payer le parking), ils décident de faire du centre ville un espace VIP, lieu de shopping pour bobos friqués, et ouste les caillera de la Mosson!



Après avoir acheté mon soutien-gorge Gina Lolobrigida, je me dirige vers les toilettes car l'allaitement messieurs mesdames, ça fait boire!
Et là, HORREUR, le couloir a lui aussi été peint en rose, on se croirait dans le boudoir de Paris Hilton... Je m'approche tremblante, et là se tient une hôtesse, toute de rose vétue, elle a du passer un casting pour devenir Dame Pipi. Elle se tient là devant son comptoir laqué noir et explique à une mamie que "Pour l'instant c'est gratuit, mais à partir de demain c'est 50 centimes".
Je suis partagée entre l'envie de faire pipi sur le comptoir et me prendre un fou rire...
L'entrée des toilettes ressemble à celle d'une station de métro (j'imagine l'hôtesse en train de débouler avec une matraque si on saute la barrière avec une vessie pleine), et la décoration me fait penser à celle d'un grand magazine de mode: il y a de grandes photos de visages parfaits, je m'attends à ce qu'une esthéticienne m'attende sagement dans le cube pour me faire les ongles et m'épiler les sourcils...
Trêve de plaisanterie, je garde mon pipi pour moi même si c'est gratuit, je suis écoeurée... Non seulement il faut payer le parking pour venir dépenser son argent dans les magasins, il faut payer pour pisser, et maintenant, on peut largement sentir le clivage entre classes sociales: d'une coté les médecins qui se font garer la voiture comme au Jardin des Sens, de l'autre, moi, pauvre couillonne, qui gare toute seule ma Polo, quitte à m'arracher le rétro en faisant une marche arrière, bouillonnante de colère.
La semaine prochaine, je dois aller faire un tour à Odysseum. Il parait que là bas aussi les parkings sont payants (dont celui d'Ikea). On va voir si là bas aussi je dois faire pipi derrière une poubelle pour ne pas payer...



dimanche 20 septembre 2009

L'arrivée de Lily & Louise, mes petites Mafaldettes...

Je suis heureuse de vous présenter mes filles, les mafaldettes... Elles sont encore dans l'emballage comme vous pouvez le voir.


Elles sont nées samedi 12 septembre, Lily à 6h54 - 1,8 kg pour 42 cm - Louise à 7h03 - 1,520 kg pour 41 cm.

Chuuuut Lily dort sur maman pour la première fois:


Premier câlin de Louise sur maman:


Alors tout a commencé mardi 8 septembre après ma sieste du matin, plouf, je perds les eaux... Grand choc, je ne m'y attendais pas du tout, j'avais un col de compète, je me reposais tout le temps, je n'étais pas prête du tout à accoucher, dans une heure nous avions notre premier cours d'accouchement chez la sage-femme, comme quoi...
J'appelle Petit Chéri et je lui dis qu'on a un soucis, il accourt sur son cheval blanc. Entre temps je suis en larmes, pour avoir beaucoup fréquenté le forum Jumeaux & Plus, je suis capable de diagnostiquer ce qui m'arrive et donner le traitement qui m'attend. Je sais que j'en ai pour 48h. J'ai le temps de mettre une culotte dans mon sac: imaginez, une culotte!

On me place une bandelette pour tester le liquide: rupture franche... Merde, je suis à 32 semaines, c'est à dire tout juste 7 mois de grossesse.
On me fait un bilan infectieux: si infection on déclenche tout de suite. Je suis mise sous antibio: Clamoxyl. On me perfuse au Tractosyl pour arrêter les contractions.
Première injection de Célestène, qui est un corticoïde qui aide à maturer les poumons des bébés, on doit en faire une 24h plus tard et attendre 48h que le produit fasse effet.
On me dit que le risque d'infection étant plus grand que la prématurité, il faudra déclencher dans 48h. Je regarde Petit Chéri et je lui dis "Je suis pas du tout prête à accoucher, je me donnais encore un mois!". Il me rassure comme il peut, me dit qu'il est prêt.
Mes contractions ne se calmant pas, on me dit qu'on va me transférer à Martigues, à plus de 100km de Montpellier, en hélico, car ils n'ont pas de place pour les bébés en pédiatrie si j'accouche ce soir... La tuile, que finalement on évite de justesse, et entre temps je me suis tournée sur le côté et les contractions se sont calmées... Ouf! Mais bon, j'aurais bien fait "La chasse au trésor" en hélico. Mes filles ne seront pas des petites cagoles marseillaises!
Deux jours passent, plus de contractions, pas le droit de bouger, mes ninis ne bougent plus, assommées par le Célestène, alors que moi je suis en transe (le Célestene fait monter l'adrénaline). Je ne dors pas, fait des crises d'asthme. Quand je pense à tout les médicaments qu'on me donne alors qu'on dit de rien prendre pendant la grossesse... Je réveille Petit Chéri deux fois à deux heures du matin pour le supplier de venir me rejoindre à l'hopital, il dort sur un fauteuil très inconfortable et me tient la main. Cet homme est un saint.

On arrête le Tractosyl jeudi, mais plus de contractions...
Vendredi matin, ils décident de me déclencher et me posent le Propes sur le col, une bandelette qui libère des hormones et ouvre le col car le mien n'est pas mature du tout. Rien ne se passe, pas une contraction... Je perds le Propes à 16h, dégoutée, trop de liquide coule.
Le soir, je suis en chaussettes de schtroumphf car ils ont perdu mes chaussures aux urgences, on décide donc de faire les 4 étages à pieds et d'aller voir s'ils les ont. Et bien voilà que je ne remonterai pas, ils en profitent pour m'examiner et le col est ouvert à 2 doigts, youpi!!!
La sage-femme, un ange, me met la perfusion d'ocytocine pour déclencher les contractions qui arrivent vite. Je passe une heure de début de travail sans trop souffrir (moi qui avait peur d'hurler à la mort), et très vite, à mon grand étonnement, on me pose la péridurale.
Alors la péridurale, non seulement je n'ai plus senti les contractions, mais en plus ça m'a libéré le cerveau, j'étais euphorique, dans ma tête c'était Woodstock! Je n'étais qu'Amour! Du coup je dors comme un loir pendant TOUT le travail et me réveille entre deux touchers. 2 cm, 4 cm, 6 cm, 8 cm... M'en fous, je dors!

A 4h, la péridurale commence à moins fonctionner dans le bas ventre alors qu'elle monte jusqu'au cou... Coup dur, j'ai mal et je dois maîtriser mon souffle. J'assure quand même et ne flanche pas, tout en me rendormant entre 2 contractions (véridique).
A 5h, cela s'emballe, les contractions se sont intensifiées, je suis dilatée à 10cm. On m'emmène de toute urgence au bloc: 2 internes, 1 gynéco-obstétricien, 3 sage-femmes, 1 infirmière anesthésiste, un anesthésiste, 2 pédiatres... Je me demande si Sarkozy a été invité... La lumière est crue, je tremble à cause de la péridurale et alors que tout le monde a froid, moi j'ai chaud... Petit Chéri ne peut pas rentrer au bloc, je supplie ma sage-femme de le faire venir, et il me rejoint 20 mn plus tard...
Quelques remarques mafaldesques:
"Oh elles sont jolies mes Moonboots bleues!" (l'étrier).
"Je peux avoir un Schweppes Agrume s'il vous plait?"
"Tiens des spatules, on fait une salade?"
"Madame, il faut pas dormir, vous allez accoucher" "Oui je sais je ferme juste les yeux... Zzzzzzzzz".
"C'est fini le canevas la bas dessous?"

Je vous jure j'ai dormi au bloc!

On me demande de pousser, je pousse, j'ai une force extraordinaire, moi qui pleure quand je me casse un ongle, je suis Superwoman, mon chéri n'en revient pas, j'ai une détermination de dingue!
Quand ils sortent les spatules, me font une anesthésie là bas dedans, je souffre grave, ça c'est douloureux... Mais tant pis, je fais comme si je ne sentais pas la douleur. Je pousse et hop, un soulagement intense, Lily est sortie et elle hurle. Malheureusement je ne la vois pas, le papa s'en va avec elle, il ne doit pas rester s'il y a des complications. J'entends mon bébé pleurer au loin.
"Allez madame, c'est pas fini". Re-spatules et ça repart, Louise sort 9 mn plus tard.

Ils me la posent sur le ventre, elle dort profondément, elle est magnifique!
"Elle pleure pas??? Elle est chauve! Mais qu'est ce qu'elle est belle!!!"
Ils l'emmènent et soudain quelqu'un m'emmène Lily qui n'a cessé de hurler depuis qu'elle est sortie. On la pose sur mon cou et je l'embrasse sur son petit bec, et elle cesse immédiatement de pleurer et s'endort, c'est magique, elle a reconnu sa maman. Je renifle son souffle, la plus belle odeur du monde.

Deux heures plus tard, nous sommes en néonat avec elles. Lily a un petit masque car à force de hurler elle s'est épuisée. Louise a un cathéter dans le nombril pour la perfuser plus rapidement, elle est très frêle, on ne peut pas la prendre dans nos bras à cause des risques d'infection. Premier câlin avec Lily et Petit Chéri, on fait du peau à peau, elle s'endort paisiblement, je ferme les yeux, c'est le plus beau jour de ma vie, jamais je n'aurais cru pouvoir être aussi heureuse.
Le lendemain j'ai la chance de tenir Louise à son tour dans mes bras, elle aussi s'endort comme un ange.

Lundi est le pire jour de notre vie: Lily fait 3 apnées en notre présence, les constantes s'effondrent, nous sommes impuissants, elle est sans force pendant que la pédiatre la ballonne. Je suis en larmes, effondrée, j'ai l'impression que je vais mourir, je ne savais pas qu'on pouvait avoir si mal, je viens de comprendre qu'être parent, c'est aussi ça, avoir le coeur brisé dès que votre enfant souffre.
On apprend plus tard qu'elle a fait une septicémie et que cela provoquait les apnées, c'est dur.
Plus tard on rencontre le pédiatre qui nous rassure. Toute son équipe et l'équipe qui m'a accouchée ont été extraordinaires, j'ai 600 kg de chocolat à offrir!

Je suis sortie une semaine plus tard, toujours un peu faible, mais nous allons en néonat le soir avec Petit Chéri, je vais y aller seule dès que j'aurai repris des forces. Je leur mets de la musique, je leur parle, leur chante, aide pour la toilette. Papa se fait faire caca dans les mains et adore ça! Hier soir elles ont quitté la réa et se sont enfin retrouvées dans la même chambre en soins intensifs.
Toutes les nuits je me réveille à 5h du matin et je regarde leurs photos en pleurant, c'est dur, mais en même temps j'éprouve tellement de bonheur et de plénitude...
Elles nous rejoindront en novembre, ça va être long mais ce jour là, notre tribu sera réunie à jamais, pour toujours...

samedi 5 septembre 2009

Daisy Jane, Lady Gaga, gecko et SuperTwin...





Ça y est! J'attendais ce moment depuis deux mois! J'ai enfin pu mettre mes ballerines Daisy Jane pour sortir, et bien horreur, j'ai grossi des pieds :(
Me voici condamnée aux Birkenstock et chaussettes, sabots remplis de paille ou tongs et socquettes en pieds de faon...



Ah les joies de la grossesse, les culottes de mamie et coussinets d'allaitement... D'ailleurs j'ai trouvé une alternative innovante aux coussinets d'allaitement, lancée par la fashion icon Lady Gaga. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais j'aimerais voir la tête de Petit Chéri si je me scotchais les mamelons! C'est très Guesh Patti, version "Etienne, Etienne" (ceux qui ont moins de 20 ans ne peuvent pas connaître...).









Hier soir, j'ai fait la connaissance d'un nouveau locataire: il s'appelle Rodriguo et sortait fraîchement de son oeuf. Il a malheureusement atteri dans l'évier de ma cuisine dont il était prisonnier, ses petites ventouses ne lui permettant pas de grimper sur l'émail. Innocemment, j'ai voulu le saisir délicatement pour le sauver, et sa queue m'est restée dans les mains! Elle gisait là, sous mes yeux horrifiés, encore frétillante de vie. Je me suis tournée vers Petit Chéri en éclatant en sanglots, lui disant "Que je ne voulais pas lui faire de mal", pensant que si je n'étais pas capable de m'occuper d'un gecko, je serais encore moins capable de m'occuper de mes filles. Nous avons donc mis en route l'opération sauvetage de Rodriguo avec une feuille de sopalin. Il s'est sauvé tout de suite et a élu domicile dans le grille-pain; inutile de vous dire que la confection de toast et désormais interdite chez moi!

Dernier événement majeur dans la vie de futurs parents: la réception de la poussette. Mon meilleur ami m'a offert la SuperTwin de Jané et je dois avouer qu'elle est totalement fashion (qui a parlé de maniabilité, sécurité et confort?). Les chancelières (housses orange) sont designées par Agatha Ruiz de la Prada et mes ninettes vont avoir l'air de vraies stars, emmitouflées dans les coques vertes. Je dois pourtant avouer qu'elle a un inconvénient majeur: moi qui m'imaginait faire des séances de shopping endiablées avec mes filles, je dois me rendre à l 'évidence: impossible de rentrer dans un magasin. Ma seule option est le hangar d'Ikea ou le parking de Carrefour...


Petit Chéri, qui est très intelligent et bricoleur, a fait une paralysie du cerveau quand il lui a fallu détacher les coques, même avec la notice, et n'arrivait pas à abaisser les hanses. Il a fallu que ce soit moi, affligée du SNU (Syndrôme du Neurone Unique) qui devine comment opérer, comme quoi, l'instinct maternel...

jeudi 3 septembre 2009

Mes derniers bon plans eBay...


Récemment condamnée à un isolement forcé, et passant mes journées sur Internet, j'ai décidé de me lancer dans le monde merveilleux des enchères sur eBay. Tout d'abord réticente, j'avoue avoir perdu énormément de temps sur ce site dont l'ergonomie laisse à désirer (c'est l'informaticienne qui parle), mais une fois lancée, j'ai commencé à prendre en photo toutes les affaires dont je voulais me débarrasser et à les mettre en vente. J'ai été assez bluffée du résultat: j'ai vendu des chaussures, des jeux PC, des DVD, pour des sommes relativement modestes mais le résultat était là: j'allais pouvoir dépenser cet argent!

Il est vrai qu'on peut se heurter à certains petits problèmes comme définir les frais de port, mais l'expérience permet de ne pas trop les sous/sur-estimer. Le paiement par Paypal peut sembler aussi relativement compliqué au début, mais cela devient vite un jeu d'enfant, et il a le gros avantage d'être très sécurisé. Seul hic: le transfert de l'argent vers son compte banquaire coûte 3€, alors il vaut mieux attendre d'avoir une somme conséquente sur son compte PayPal pour effectuer le transfert.

Quant aux achats, cela peut vite devenir grisant. En effet, des milliers d'internautes se disputent des articles neufs de grandes marques à des prix dérisoires (parfums de luxe, lunettes, vêtements...), et il est terriblement frustrant de perdre une enchère que l'on suivait depuis des jours. J'ai en effet fini devant le PC de mes amis pendant un apéro, à cliquer comme une malade, pour remporter une paire de Ray Ban Aviator neuves que j'ai malheureusement perdues, et fini par payer bien trop cher un article que je m'étais entêtée à surenchérir (une paire de bottes Ugg que j'ai payées le même prix que sur le site en ligne et que je n'ai toujours pas reçues, malgré les 37$ de frais de port):


Bottes Cardy Ugg - 80€


Je me suis également retrouvée à surenchérir un article que je vendais moi-même afin d'augmenter son prix de vente, en utilisant le compte de mon amoureux... qui a fini par gagner l'enchère... Gloups.
Quoi qu'il en soit, j'ai fait de très bonnes affaires que j'ai financées avec mes ventes: une tunique Maje neuve dix fois moins chère que sa valeur d'achat, des santiags vintage bordeau, un mini flacon d'Acqua di Parma, une paire de Spring Court neuves à moitié prix (OK elles sont roses alors que j'en cherchais des blanches, mais je n'ai pas regretté mon achat).

Spring Court  - 25€

Santiag Vintage - 11€



Tunique Maje - 11€
Iris Nobile - Acqua di Parma - 5€


Voici mes trouvailles portées (je ne suis pas le mannequin idéal, surtout en ce moment, mais la tunique Maje est assez ample pour y abriter deux petites personnes, quant aux santiags, j'arrive encore à les enfiler, contrairement aux Spring Court que je n'ai pas réussi à lacer!):


Tunique Mango - Legging Envie de Fraises - Santiag Vintage eBay


Tunique Maje (11€) - Boyfriend jean Asos - Tennis Spring Court

Quant aux appareils électroménagers ou aux meubles, j'ai découvert leboncoin.fr qui est un site d'annonces gratuites qui permet de vendre ou d'acheter des articles dans sa ville ou sa région. Ce site ne fonctionne par contre pas sur des enchères mais sur prix fixe et il est beaucoup moins élaboré que eBay. J'ai ainsi vendu un canapé lit, un lecteur DVD et acheté un sèche-linge à condensation neuf pour la moitié de son prix de vente, une affaire! Pas besoin de s'inquiéter des frais de livraison car l'acheteur vient chercher l'objet chez vous.

Alors n'hésitez plus, en ces temps de crise, les internautes ont trouvé un bon moyen de s'offrir des articles qu'ils ne pourraient pas se permettre d'acheter en boutique. Lancez vous!